Comment être digital éthique en tant qu’individu ?

Social

On ne va pas se mentir, depuis l’arrivée d’Internet on s’est tous dit qu’on allait enfin faire du bien à la planète.

On a vu apparaître des messages comme « n’imprimez cet e-mail que si cela est vraiment nécessaire », on peut envoyer des recommandés par mail, on signe des documents grâce à la signature électronique, on peut consulter l’infinité du monde entier sans se déplacer avec un véhicule polluant et on peut même stocker tous nos documents dans les nuages…

Bref, on ne consomme plus de papier, on ne détruit plus d’arbres, on achète des ampoules basse consommation, Internet est une vraie révolution écologique qui va nous aider à sauver la planète !

Youhou nous sommes sauvés !!!

Puis un jour, on nous dit que ce serait bien de vider nos boites mail pour libérer de l’espace, de trier nos documents sur le cloud, de télécharger plutôt que de streamer bref on commence à douter sur le côté ULTRA écologique d’Internet

Et nous avons raison !

Chaque recherche, chaque vidéo diffusée et chaque e-mail envoyé font désormais partie de notre vie quotidienne, mais s’ajoutent à une demande mondiale toujours croissante d’électricité, ainsi qu’à une importante empreinte carbone numérique.

Tout ce que nous faisons sur Internet, que ce soit avec un smartphone, un ordinateur ou une tablette, a besoin d’électricité.

Et selon l’endroit où nous vivons, cette électricité provient probablement de différentes sources, telles que les combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel) qui produisent du dioxyde de carbone lorsqu’ils sont brûlés et contribuent au réchauffement climatique.

Pour vous donner une idée, en 2018, les communications numériques ont dépassé l’industrie aéronautique en termes d’émissions de CO2, et ce chiffre augmente chaque jour au fil de la croissance exponentielle des personnes qui se connectent, de la production et de l’utilisation d’appareils électroniques et des services numériques.

Et donc là forcément vous êtes déçus… Et on l’est tous.

Depuis des années, nous avons l’impression de sauver la planète, d’ajouter à nos efforts de ne plus prendre de sac plastique, de recycler nos déchets ou de minimiser notre consommation d’eau et d’électricité le fait d’utiliser le Web pour sauver la planète, et on nous annonce que non… Voire même que le digital est un outil très polluant.

Bien qu’il soit peut-être trop tard pour que tout le monde renonce à ses habitudes digitales, il existe de nombreuses mesures pour réduire vos propres émissions de carbone numériques.

 Alors, comment être digitalement responsable ? Quel est l’impact de votre navigation/communication sur notre planète ?

Nous allons voir ensemble comment agir et utiliser notre outil préféré tout en essayant de laisser à nos enfants une planète moins abîmée.

 

Comment réduire mon empreinte carbone digitale ?

Tout le monde essaie de rendre son style de vie plus écologique.

Des tasses à café réutilisables, des pailles en carton, le recyclage et bien d’autres actions concrètes se sont intégrées avec succès dans la conscience collective, mais les impacts environnementaux de l’utilisation d’Internet, eux, sont rarement abordés.

Consommez équitable.
La décision sur ce que vous voulez acheter est aussi une décision sur le monde dans lequel vous voulez vivre.

Le produit a-t-il été fabriqué dans des conditions éthiques ? Les travailleurs ont-ils été payés et traités équitablement ? Quel est l’impact environnemental de sa production ?

Et bien quand il s’agit de l’univers numérique, ce n’est pas différent.

Lorsqu’il s’agit d’acheter de « l’électronique éthique », les options sont assez limitées, mais le marché du reconditionnement se développe et séduit beaucoup de clients.

Une bonne façon de commencer votre transition numérique éco responsable et de « narguer » l’obsolescence programmée de certaines grandes marques qui, pour le coup, ne respectent pas l’écologie.

Le marché de l’occasion est aussi très important et intéressant en matière de téléphone mobile et d’informatique.

Évitez de créer des déchets électroniques.
Nous remplaçons nos appareils numériques par la prochaine génération avant même qu’ils n’aient cessé de fonctionner.

Les deux plus grandes marques de smartphone sont très fortes à ce sujet pour sortir régulièrement des appareils toujours plus beaux et performants que celui qui est sorti un an auparavant.

Pour être éco-responsable ne vous faites pas avoir par le marketing des marques, même si, on le sait, c’est très dur…

Éliminez correctement vos appareils.
Trop souvent, les vieux appareils électroniques sont jetés avec les déchets ménagers normaux.

C’est bien évidemment une grave erreur, car premièrement tous les matériaux recyclables qu’ils contiennent ont été jetés et ne seront pas triés et deuxièmement les déchets potentiellement dangereux qui entrent dans les décharges, provoquent la contamination du sol et de l’eau.

Si vous avez des appareils électroniques en fin de vie, informez-vous sur la meilleure façon de les éliminer correctement.

La plupart des grandes villes ont un service de recyclage ou de ramassage prévu à cet effet.

Comment surfer plus vert ?

Maintenant que nous avons vu comment être plus écologique au niveau de notre consommation matérielle, nous allons voir que le digital nous offre de réelles possibilités de réduire l’impact de nos activités sur l’environnement en l’utilisant dans une démarche éco-responsable.

Comme le montre les chiffres ci-dessous, la répartition de gaz à effet de serre lié à l’utilisation d’Internet démontre que c’est bien l’utilisateur (vous, nous) qui produit le plus de CO2. :

- Les utilisateurs : 47%
- Le réseau : 28%
- Les data centers : 25%

Nous pouvons donc agir chacun à notre niveau pour devenir des éco utilisateurs en appliquant quelques solutions qui rendront notre utilisation d’Internet plus verte : Netflix et YouTube représentent ensemble plus de 50 % du trafic Internet aux heures de pointe.

Réduire le temps que vous passez en streaming ou à jouer réduira considérablement votre empreinte carbone en ligne (oui, on sait c’est dur).
Si réduire complètement votre consommation de vidéo en ligne vous paraît compliqué, vous pouvez plutôt les télécharger (Netflix le propose) ainsi vous utiliserez moins de données en regardant votre film ou votre série préférée.

Devez-vous vraiment regarder ce film en 4K sur le petit écran de votre smartphone ? Réduire la résolution des vidéos que vous regardez réduit également massivement les données utilisées pour les diffuser et donc aussi la quantité d’énergie utilisée.
Le streaming musical a également un appétit de données assez gigantesque.
Télécharger vos playlists utilisera moins de données que de les streamer à chaque fois.

70 % du temps que vous passez sur YouTube vous le passez en raison des algorithmes de recommandation. Lorsque vous regardez une vidéo, gardez cela à l’esprit et essayez de ne pas vous laisser entraîner dans un tourbillon de recommandations qui coûtent cher en énergie.

Imposez-vous des limites de temps passé en ligne : les utilisateurs d’iOS peuvent utiliser la fonction « temps d’écran », et définir des limites d’applications à partir d’iOS 12.
Android a également une fonctionnalité similaire.

Vous pouvez également configurer le Wi-Fi de votre domicile pour qu’il s’éteigne quelques heures avant de vous coucher chaque nuit.

Changez vos habitudes de messagerie en supprimant régulièrement vos messages et surtout les spams qui envahissent votre boite mail.
Réduire de 10 % vos e-mails incluant systématiquement plusieurs personnes en copie permet un gain de plus d’une tonne de CO2 sur l’année, soit l’équivalent d’un aller-retour Paris/New York (oui quand même).

Désabonnez-vous des newsletters qui ne vous intéressent plus ! Une newsletter génère environ 10 grammes de CO2 et 90 % d’entre elles ne sont jamais ouvertes.
Pour vous aider, une jeune startup, Cleanfox, qui œuvre pour une consommation d’Internet plus responsable, vous aide à nettoyer votre boite mail et à gérer vos abonnements aux newsletters directement depuis leur plateforme. Une façon simple et rapide de faire un grand nettoyage !

Pour les recherches et autres tâches rapides, utilisez une tablette ou un smartphone au lieu d’un ordinateur de bureau ou d’un ordinateur portable, ils consomment beaucoup moins d’énergie.

Optimisez votre stockage. Supprimez régulièrement vos documents stockés sur le Cloud afin d’éviter une consommation énergétique inutile des serveurs.
Avez-vous vraiment besoin de sauvegarder 25 photos pratiquement identiques ? Chaque photo, vidéo et fichier que vous enregistrez y est stocké encore et encore pour des raisons de sécurité et cela consomme de l’énergie à chaque fois.

Selon une étude de Greenpeace, le cloud computing à l’échelle mondiale consomme plus d’électricité que toute l’Allemagne réunie. L’alternative ? Nettoyer régulièrement le cloud et supprimer les fichiers inutiles pour économiser de l’énergie.

La bonne vieille méthode des clés USB ou disques durs externes est aussi une bonne alternative de stockage écologique (à condition de ne pas en consommer à outrance) et qui protège également vos données privées.

Ciblez vos recherches Web. Réduisez le nombre de pages consultées en utilisant des mots-clés précis lors d’une recherche et n’hésitez pas à naviguer en direct en indiquant l’adresse du site Internet que vous souhaitez consulter dans la barre de recherche plutôt que dans la barre de recherche du moteur de recherche.

Lorsque vous entrez une requête de recherche, en une fraction de seconde vous obtenez une liste presque infinie de résultats.

C’est rapide, mais cela consomme aussi beaucoup d’énergie.

Selon les propres chiffres de Google, ses centres de données consommaient environ 5,7 Twh en 2015. À cette époque, la consommation annuelle d’énergie était à peu près aussi élevée que celle de la ville de San Francisco.

Alors, prenez une seconde pour réfléchir avant de faire une recherche.

Installez un bloqueur de publicités. La publicité sur Internet est techniquement assez complexe (animations flash, pop-ups, vidéos…), ce qui les rend également très gourmandes en données.

Les bloqueurs de publicités les empêchent d’apparaître lorsque vous êtes sur Internet, ce qui accélère le chargement des pages et utilise moins de ressources.

Les bloqueurs de publicités contribuent également à améliorer la sécurité des données, en empêchant les entreprises de publicité et d’autres tiers de collecter automatiquement des informations sur vous.

Il en existe de nombreux et gratuits disponibles à télécharger en ligne et certains navigateurs Web les ont même préinstallés.

Le nombre croissant d’internautes et la multiplication des outils de sauvegarde de données augmenteront de 42 % le stockage de données et auront un impact encore plus important sur la consommation d’électricité et la production de CO2.

 

Alors, oui, les serveurs, l’infrastructure et les appareils utilisés pour notre utilisation ont un impact direct sur l’écologie, mais la consommation d’énergie de ces systèmes est finalement motivée par les personnes qui interagissent avec les produits numériques.

Et pour aller plus loin, contrairement au produit papier qui une fois fabriqué a une empreinte carbone assez fixe, un produit numérique n’est que partiellement complet et son empreinte est constamment influencée par de nombreuses personnes : gestionnaires de centre de données, fournisseurs de services cloud, fournisseurs d’accès Internet, développeurs numériques, journaliste, lecteurs, etc...

Par exemple, les appareils utilisés pendant que vous nous lisez représentent près de 50 % de notre empreinte carbone numérique.

Alors, le meilleur conseil que nous pouvons vous donner pour vraiment agir pour l’environnement est de faire passer le mot !

Plus nous serons sensibilisés à l’empreinte carbone d’Internet, plus nous pourrons créer un changement positif dans notre façon de l’utiliser.

Non seulement ces conseils vous aideront à économiser énormément d’énergie pour la planète, mais ils seront également bénéfiques pour votre vie en réduisant votre consommation souvent boulimique d’Internet et en vous concentrant sur des choses vraiment intéressantes, comme nos articles par exemple !

Nous contacter

+33 (0)1 76 77 27 61

51, Rue de Seine, 75006 Paris

Un nouveau projet ?Nous en dire plus
 

Nous contacter

Informations générales
Message
CAPTCHA
Protection contre les bots